Veronique Wirth – Sculpture

Veronique Wirth – Sculpture

Le fer à béton devient fil d’acier.L’aspect rude de ce matériau souvent aperçu sur les chantiers de construction est détourné au profit de sculptures à l’aspect doux, d’une apparente légèreté.

Je choisis mon matériau et puis je le tronçonne, je le multiplie par centaines de morceaux et j’assemble en soudant jusqu’à ce que le cerveau l’oublie dans sa nouvelle représentation.

J’aime parler de souplesse et de légèreté en utilisant l’acier associé à l’idée de résistance et de lourdeur. Dans toute sculpture je suis en quête d’équilibre, de lignes essentielles… je cherche la force dans le simple.

Je vois aussi dans la sculpture l’occasion de parler de l’humain, de sa dualité et cette part de lui qui aspire au beau et à la poésie.

Dès lors le fer à béton se transforme en fil d’acier qui évoque dans certaines œuvres quelque chose d’organique, de vivant…. de la puissance mais de la douceur… dans d’autres comme un fil noué, tressé, souple…

La nature est aussi très présente dans mon processus de création ; elle me nourrit au quotidien, m’inspire aussi. J’ai une admiration sans limite pour les herbes folles, celles qu’on voit au bord des routes..tant de force dans ces frêles végétaux… La nature me parle de l’importance du temps aussi, mais dans la nécessité de prendre le temps … nécessaire au processus de création ; je dessine mes idées  »volumes », je les  »triture » avec le crayon jusqu’au jour où l’impérieuse nécessité de la confrontation à la matière s’impose. Dans l’action de l’atelier l’acier me révèle d’autres surprises, des tournants s’opèrent, inattendus.

Je pense que la sculpture, même abstraite, révèle une image intérieure. Elle éveille des résonances inconscientes. Ces moments de création sont jubilatoires, quotidiens, d’une absolue nécessité.

Je m’engage aussi aujourd’hui à créer pour certaines causes humaines ou environnementales.

WEB